AU COEUR DE RAVELLO

Difficulté : facile | Durée: 2,5 heures
L’on atteint Ravello, accueillis par l’apparition suggestive de Santa Maria a Gradillo, et de son immédiate et intense empreinte Moresque. Un peu plus loin, l’on trouve les restes du Château fortifié, qui remonte au début du XIIIe siècle.

L’on est tout de suite plongés dans le coeur authentique de la ville: place du Vescovado (Archevêché) sur laquelle donnent le Dôme, coffret de bijoux artistiques, et la tour d’entrée de la superbe villa Rufolo, ensemble chorégraphique de bâtiments datant du XIII-XIVe siècle, plongé dans une végétation incroyablement variée et luxurieuse.

Au dos de la noble demeure s’élève l’église de la Santissima Annunziata, dont l’aspect sévère est marqueté en pierre grise.
Ecore plus loin, l’on trouve l’église de San Pietro alla Costa, peut-être la plus ancienne de la ville: le vieux plan basilical s’écroula au XVIe siècle et fut reconstruit et retouché plusieurs fois au cours des siècles successifs.

Pour terminer l’on arrive au borgo di Torello, bourg médiéval qui fut la première agglomération habitée de Ravello, et qui prit le nom du mont Toro. Au centre du bourg se trouve la belle église de San Michele Arcangelo, laquelle est devancée par un narthex.

 

 

DE VILLA RUFOLO A VILLA CIMBRONE

Difficulté : facile | Durée: 2 heures

Depuis la chapelle de villa Rufolo l’on atteint rapidement l’église de San Francesco, dont le couvent fut fondé, selon la tradition, par le saint d’Assise.

Un peu plus loin, s’élève l’église de Santa Chiara, flanquée par les huit cellules du monastère de clôture contigu, qui date du XIVe siècle. En remontant le long de belles rues ombragées, qui prennent le nom des deux églises, l’on arrive, en faisant une agréable promenade, à villa Cimbrone.

Le contexte du lieu – rencontre éclectique entre les vestiges du passé et les reconstructions des époques plus récentes, ainsi que des tournures architecturales et des trésors de la nature – offre la possibilité de suivre les itinéraires les plus variés et ensorcelants. Immédiatement à gauche de l’entrée, l’on trouve le petit cloître, depuis lequel, toujours sur la gauche, à travers une petite porte, il est possible d’accéder à la crypte.

Sur la droite du cloître s’élève la tour de défense, carrée et crénelée, avant corps du bâtiment dénommé le château, dont les parties internes, par leur richesse et par la variété des ornements et des décorations, méritent véritablement une visite. En parcourrant la belle allée de l’Immensità, l’on arrive tout d’abord au temple de Cérès et ensuite à la célèbre terrasse de l’Infini, surplombant la mer.

 

 

DE PIAZZA VESCOVADO A PIANELLO

Difficulté : facile | Durée: 1,5 heures

A gauche de la place centrale du Vescovado (Archevêché), un escalier nous porte au palazzo Confalone, qui prend son nom de l’une des plus anciennes et illustres familles Ravelloises: les origines du bâtiment, aujourd’hui un Hôtel, qui datent du XIIIe siècle, sont prouvées par les lignes architecturales de la merveilleuse cour intérieure.

En quittant le palazzo del Municipio (palais de la Municipalité), dont l’origine remonte aux immédiats alentours de l’an Mille, l’on aperçoit le Palazzo Sasso, d’inspiration Arabe, qui vante un superbe belvédère, érigé contre la montagne et dominant la mer.

Plus loin, l’on trouve le Palazzo d’Afflitto, qui donne sur une très jolie petite place. Palais riche de pièces architecturales provenant d’une ancienne église près du village de Scala, vouée à saint Eustache. Puis, l’itinéraire nous conduit à l’église millénaire de San Giovanni del Toro, qui surgit sur la même éminence du mont duquel elle porte le nom.

En poursuivant vers la côte nord du village, l’on atteint place Fontana, de laquelle part une rue étroite qui monte vers la colline de Brusara: à droite s’élève l’église de Santa Maria del Lacco, à gauche, un peu plus loin, l’on trouve l’église de San Martino. Le long de la route qui mène de la place Fontana à l’église de Santa Maria a Gradillo, l’on peut visiter l’église de SantAngelo, entièrement creusée dans le flanc de la montagne: sa partie intérieure, très suggestive, dévoile une chaire du XIlIe siècle, admirablement construite.

 

 

DESCENDRE PAR LES ANCIENS ESCALIERS

Difficulté: moyenne | Durée: 1 heure

Une promenade agréable, incroyablement intéressante du point de vue des atouts ambiants, c’est celle qui de Ravello descend à Minori. L’on part de la petite église dell’Annunziata, église du XIIIe siècle, qui appartint aux nobles Fusco et avant encore à la famille Royale de Naples.

L’on marche plaisamment, en descendant parmi les anciens escaliers et les rues étroites, plongés dans le parfum toujours plus intense du maquis méditerranéen, où le myrte, le genévrier et le romarin sont abondants. L’itinéraire offre des admirables aperçus de la côte et de la mer. Après un peu moins d’une demi-heure l’on atteint Minori, localité de séjour appréciée déjà au temps de la Rome Impériale

 

 

A RAVELLO, DEPUIS AMALFI

Difficulté: moyenne | Durée: 2 heures

Arriver à Ravello à pied, en partant de la côte d Amalfi, requiert un effort d’entité médiocre, et offre en échange une grande essence de charme.

Depuis Amalfi, en procédant vers le nord-ouest, le long de la route littorale pour Salerne, l’on arrive à Atrani, petit bourg reposant sur une crique, entre deux parois surplombantes.

Ensuite, lorsque l’on a atteint la localité Castiglione, l’on tourne à gauche en direction de Scala, autre délicieux centre de J’arrièrepays (ce qui a lui seul vaut la randonnée). Tout de suite après la bifurcation, l’on trouve la route qui mène à Ravello. En remontant le long des rues flanquées par des nobles palais et des églises remarquables, l’on atteint les jardins et les terrasses qui donnent sur la me

 

LA VALLE DELLE FERRIERE

Difficulté: moyenne | Durée: 3 heures

La Réserve Naturelle de la Valle delle Ferriere (vallée des Ferrières), crée en 1972, sur le territoire municipal de Scala, au dos de Ravello, forme la seule aire protégée de toute la région de la côte Amalfitaine. La Réserve tutelle le vallon escarpé des monts Lattari et permet de découvrir la face inattendue et inaccessible de la montagne, dans une région célébrée par les aspects spectaculaires de son littoral.

Les monts Lattari dont le nom dérive de l’élevage des bovins pour la production du lait qui y est traditionnellement pratiqué, ont plusieurs pics qui dépassent les 1000 mètres d’altitude. Le lieu est particulièrement fortuné du point de vue hydrographique, ce qui, par le passé, a favorisé la naissance de ferrières, d’usines et surtout des célèbres usines de papeterie Amalfitaines. Ici on trouve espèces végétatives plutôt insolites, comme la Pteris vittata, l’Erica tenninalis et la Woodwardia radicans.